CIMG5231J'ai déjà écrit que le premier mot que j'ai prononcé était "gâteau". A cinq ans, je connaissais par coeur la recette de la pâte à crêpes. Et toute ma petite enfance a été marquée par un grimoire magique, rangé en haut d'un placard de la cuisine, et donc que je ne pouvais attraper qu'en grimpant sur une chaise : le livre de cuisine de ma Maman. D'ailleurs, elle y tenait (et y tient toujours), et je n'avais pas trop le droit d'y toucher.

J'ai profité de mes vacances chez mes parents pour fouiller dans ce bouquin (non, pas poussiéreux, il est dans la cuisine, il est propre madame, peut-être juste quelques tâches de gras et de chocolat), et vous en présenter la substantifique moëlle. Je me propose de publier une recette par semaine tirée du grimoire magique.

Encyclopédie culinaire du XXe siècle
© Textes, maquettes et illustrations by Culture, Art et Loisirs, Paris 1968.
Composée et imprimée sur les presses des Petits-Fils de Léonard Danel, maîtres-imprimeurs.



Ce que j'adore en relisant ce livre aujourd'hui, c'est que c'est toute une époque qui s'y retrouve. Je suis sûr qu'on pourrait écrire une histoire de la société française vue dans ses livres de cuisine. Tiens, ça pourrait faire une idée pour ce blog, ça (c'est pas son objectif, mais je suis chez moi, j'écris ce que je veux, non mais !)

Alors juste pour le plaisir, en voici quelques extraits :

"Le déroulement des opérations est clairement exposé, ainsi que les trucs et les tours de main. Suivez à la lettre les conseils donnés. Toute initiative est à proscrire, elle risquerait d'être malheureuse. Soyez dociles et faites-nous confiance."

Alors ça, je pense que j'ai dû y croire jusqu'à mes 10ans, guère plus. M'enfin, je suis dans ma cuisine, si j'ai envie d'improviser et de faire des expériences, je fais ce que je veux, d'abord ! Et pis c'est comme ça qu'on apprend, Madame.
Bon, il faut reconnaître qu'en pâtisserie, la précision est obligatoire si on veut prétendre à une certains qualité de travail et surtout à la reproductibilité de l'expérience. Mais bon, c'est plus fort que moi, j'arrive pas à suivre une recette, et je suis pas le seul d'ailleurs ;-)

"Notre encyclopédie fera de vous une "bonne cuisinère", qualité féminine entre toutes, qui retiendra, autour de vous et de votre table, votre famille et vos amis et vous conférera un charme supplémentaire tout au long de votre vie sans crainte des atteintes du temps, bien au contraire, car ce charme-là survit à la vieillesse et ne laisse personne indifférent."

Ah ben oui, le livre a été écrit avant mai 68, la place de la femme, c'est aux fourneaux. Et personnellement, j'ai aucun problème avec une jolie femme qui ne sait pas cuisiner : je me ferai un plaisir de lui préparer un chouette dîner avec des chandelles, des bons vins et un beau dessert (le reste aussi sera beau, je ne fait pas que des pâtisseries), et je suis sûre qu'elle saura me démontrer ses qualités féminines autrement...

Bon, là en disant ça je vaut guère mieux. Mais attendez, ils s'enfoncent ensuite :

"Suis-je capable de faire cuire un bifteck ? un oeuf sur le plat ? de réussir une purée ? C'est l'abécédaire. Si vous l'ignorez, un bifteck ne sera plus un régal, mais... une semelle de botte. Une jeune fille ne devrait obtenir l'autorisation de se marier qu'après un élémentaire C.A.P. de cuisinière familiale.
Au programme de cet examen :
Le vocabulaire culinaire
Les épices et leur petite histoire
Les herbes et les condiments
Les graisses
La cuisine élémentaire (les oeufs, les pommes de terre, les pâtes alimentaires, le riz)"

Ben voyons ! Et les autres elles restent vieilles filles ? Et comment elles feront pour manger alors ?

Mais ce n'est pas tout, il y a aussi 4 pages sur comment installer sa cuisine, 13 pages et demi sur les ustensiles de cuisine, un glossaire de 9 pages, très bien fait d'ailleurs, mais dans tout ça, il y a des choses qui font sourire aujourd'hui (je ne parle pas des 2 technologies de plaques électriques à résistance) :

La scie de cuisine
"Ustensile de ménage indispensable" (p. 57)

Thierry_Marx_mailletJe ne vais pas dire que je ne sais pas ce que c'est, ça ressemble à une scie à métaux. Mais bon, je ne sais toujours pas à quoi ça sert (je suppose que c'est pour scier des os, comme la scie de boucher), et franchement je n'en ai jamais eu besoin ! Remarquez, il y a bien des grands chefs qui introduisent le maillet de bois parmi les instruments du service en salle... Quand j'étais petit, j'avais le même pour planter les piquets du jeu de croquet. (Photo ©   Papilles & Pupilles 2007)


Pour un dîner (p. 97)
"En harmonie avec l'argenterie des couverts, les sauces seront servies dans
une saucière de style en argent ou en métal argenté."

Oui bien sûr ! Et ma manière de dresser les assiettes en dosant juste la sauce comme il faut, j'en fait quoi ? C'est là qu'on voit que la manière de dresser une table a quand même beaucoup changé ! Ceci dit, j'ai une saucière chez moi, et parfois c'est bien pratique.


CIMG5230

Quand je vous dis que c'est mon livre de chevet cet été...