CIMG5675Au menu ce soir :
dans l'ordre chronologique de décision des plats, avec un lien direct aux recettes pour les gens pressés :
- panna cotta bicolore amande-nutella
- tarte courgette carotte vache hilare
- canapés de foie de cabillaud


Pour changer des recettes écrites il y a presque 1 mois et que je ne sors que maintenant, ce soir c'est la chronique en presque direct du repas de ce soir.

La Chronique de la Panna Cotta Nutella-Amandes

Ca fait un bout de temps que je traîne des envies de panna cottas. L'autre jour, dans un livre de recettes sur le chocolat feuilleté en prenant un café à une aire d'autoroute, je suis tombé sur une panna cotta au chocolat noir qui m'a pas mal plue. En fait, plutôt qu'un bête gel marron fonçé, je me suis dit que ça serait marrant de faire une panna cotta marbrée. Et j'ai déjà un peu l'expérience des gels bicolores dans la confection de wagashis, donc ça devrait aller. CIMG5679Donc, murissait dans ma tête une image d'entremet en noir et blanc (le chocolat, j'entend). Et puis ce soir, en regardant les statistiques de mon blog (160 visiteurs aujourd'hui ! Arrêtez, je vais croire que ce que je raconte a le moindre intérêt (sourire faussement modeste dans une bulle jaune)), et surtout les commentaires, j'ai eu l'inspiration géniale : la panna cotta au Nutella. Mouais. Bonne base, mais bon, Nutella, y doit déjà y en avoir plein le Net. Ah tiens, non, j'en trouve pas si facilement sur Google, mais bon. Et si je combinais avec cette idée bicolore ? Chocolat blanc ? Bof, trop proche du Nutella. Ah tiens, amande.

Excusez-moi, je reviens, y'a le four qui sonne pour dire que la tarte est cuite.

Voilà, où en étais-je. La panna cotta, donc. Nutella amandes, ça ça doit aller.
Avec des petites amandes effilées dans la crème blanche, pour un petit côté craquant que j'adore dans la panna cotta.
Bon, je vais quand même mettre les recettes à part, histoire de les retrouver rapidement. La recette de ma panna cotta nutella amandes est ici.

Pendant que la crème prend au congélateur, je me dis qu'il est plus que temps de songer au dîner. J'ai faim. Malheur, le frigo commence à ressembler à une grande boite blanche, froide et surtout vide. Il reste 2 malheureux oeufs qui se seraient bien battus en duel s'ils avaient trouvé leurs seconds, une courgette de taille raisonnable, et 3 petites carottes qui s'en allaient glaner au champs.
S'en furent ce soir me demander : as-tu de la pâte de côté ? Venez, venez petits légumes, j'ai un rouleau de pâte brisée.

La Chronique de la tarte Courgettes-Carottes-Vache Hilare

CIMG5673Ingrédients :
1 grosse courgette
3 petites carottes
1 pâte brisée
2 (ou 3) oeufs
20cl de crème fraiche liquide
5 portions de Vache qui Rit
des épices comme on aime
un peu d'alcool de son choix (cognac, whisky, gin...)

Préparation : 20min.  Cuisson : 20min.

Eplucher la courgette et les carottes.

CIMG5665  CIMG5666

Couper la courgette en gros dés, les carottes en plus petits, et mettre à feu doux dans une sauteuse (en l'occurrence, dans une poêle avec un couvercle par flemme de sortir la sauteuse), pour faire fondre les légumes.

J'ajoute du quatre-épice et une bonne dose de grains d'anis vert, pour que ça soit bien parfumé.

La chronique de la panna cotta (suite)

Les choses étant bien faites les jours où je sens que je tiens des bonnes recettes, a peine ai-je mis les légumes à cuire qu'il est pile poil le temps de sortir la panna cotta du congélateur pour verser la deuxième couche et remettre au frais.

La chronique de la tarte courgettes-tomates-vache hilare (suite)

CIMG5669

A mi-cuisson, j'ajoute une bonne cuiller à soupe de miel, et j'enrobe bien les légumes dedans.

La Chronique des Canapés de Foie de Cabillaud (le début, le milieu et la fin tout ensemble en une seule fois)

Bon, pendant que les légumes cuisent, je vais m'occuper du dessert. Ah non, c'est fait. Bon, j'ai diablement faim. Le frigo criant famine lui aussi, je vais plutôt écumer les conserves. Tiens, une boîte de foie de cabillaud. Miam, c'est bon, ça.

Heu, oui, sur la boîte c'est écrit "foie de morue". Mais la morue et le cabillaud, c'est le même poisson. Enfin, en gros. Attention, faut suivre, la différence varie selon le contexte : sur le bateau de pêche, la morue c'est les vieux poissons (ça doit être de là qu'on parle de vieilles morues), et le cabillaud c'est les jeunes poissons. Mais arrivé sur le plancher des vaches, la morue c'est celle qui est salée et le cabillaud celui qui est frais (ou surgelé). Rien ne dit comment ça s'appelle en conserve. Et puis maintenant, dans les restaurants branchés, le cabillaud c'est le poisson un peu peuple (mais moins pire que la morue, qui reste le plat du prolétaire lusitanien, n'est pas), alors comme on veut être fooding, on sert de la morue fraîche (vieille ou jeune, ils ne disent pas). Donc chez moi, histoire d'être en avance d'une étape sur la mode, le foie de morue est du foie de cabillaud. J'ai dit.

Ah tiens, d'ailleurs, je sais pas si en fait c'est de la morue (ou du cabillaud) de l'atlantique nord ou de l'atlantique sud. Parce que dans le second cas, c'est même pas de la morue. C'est le nom qu'ils donnent à un autre poisson parce que de toute façon la morue on a déjà tout pêché et que ça devient plus rare que le thon, qui lui même va pas tarder à être plus rare que le t-bone de lamantin.

CIMG5667J'ouvre la conserve, je verse soigneusement dans l'évier l'huile qui est certifiée n'être que l'exsudat du foie, de l'huile de foie de morue donc, très bonne pour la santé et pleine d'oméga-3 et que je sais que je devrais pas la jeter.
Oui, oui, "l'huile extraite du foie de morue est réputée aider à la croissance et au développement intellectuel des enfants, même si ces derniers ne l'apprécient pas pour son goût. Elle est particulièrement riche en acides gras essentiels Oméga-3. Elle est aussi traditionnellement recommandée en cas d'ostéoporose ou de fracture." Dixit Wikipédia.

Je me fait des toasts, j'étale le foie de cabillaud dessus, quelques gouttes de citron, et c'est très très bon. Surtout que j'ai très très faim et que rien n'est prêt. Mais c'est bon aussi quand j'ai pas faim.

La Chronique de la tarte Courgettes-Carottes-Vache Hilare (suite encore)

Quand les légumes ont bien fondus (vous vous souvenez, ils sont toujours sur le feu), j'enlève le couvercle et je remonte un peu le feu, pour dessécher un peu (sinon, les courgettes rendent de l'eau pendant la cuisson et c'est raté).

CIMG5674Excusez-moi encore une minute, je me sert une part de tarte, j'ai trop faim (si vous ne l'aviez pas compris).

Voilà. Oulà, miam, c'est super carrément bon. Franchement, essayez.

Donc pendant que les légumes sèchent, je mets le four à préchauffer et je fonce un moule pas trop grand et avec des hauts bords avec de la pâte brisée.
Je bas en omelette les 2 oeufs (il aurait mieux valu trois, mais j'en ai que deux) avec 20 cl de crème fraîche.
J'étale les légumes au fond.

CIMG5671Comme il reste plein de bon goût au fond de la poêle, je déglace la poêle avec une lichée d'alcool. Je voulais mettre de l'armagnac, mais la bouteille de Jack Daniels a été la première à sortir du bar, donc va pour du bourbon. Ca ira bien avec le miel, de toute façon. Je verse l'alcool dans les oeufs et je bas un peu avant de verser le tout sur les légumes.
J'enfonce les portions de vache qui se marre au milieu des légumes, histoire de donner un petit goût régressif bien dans l'air du temps, et j'enfourne à 200°C pendant 20 minutes.

La chronique de la panna cotta (la suite aussi)

Ben c'est pas tout, mais c'est que j'ai toujours faim, moi, et c'est pas le verre de gaspacho que je me suis enfilé avec les toasts de foie de -morue- cabillaud qui m'a calé. Tiens, jetons un oeil aux pannas cottas. Nickel, elles sont bien fermes. Je goûte la toute petite spéciale de dégustation.
Rôlala, c'est génial. Pile ce que je voulais. Toute la douceur du Nutella qui joue avec l'amertume de l'amande, le petit côté fondant/craquant avec les amandes effilées. Presque parfait. Ah oui, faut mettre dans une assiette avec une déco pour prendre la photo. Et bien vous attendrez que j'ai fini de manger.

La chronique de la tarte courgettes-tomates-vache hilare (cette fois c'est la fin pour celle-là)

Heu... là mon message boucle, parce que c'est le moment de dire que je déguste la tarte quand elle sort du four, mais je l'ai déjà dit. Bon, ceux qui ont tout lu savent déjà que c'est super bon, et que j'adore. Voilà. Une dernière photo.

CIMG5676

La chronique de la panna cotta (pour finir)

CIMG5677Je dresse sur une toute petite assiette bleue pour contraster avec le marron, et un peu d'amandes effilées que j'avais pensé à garder pour la déco. Pour démouler, il faut tremper le ramequin quelques instants dans l'eau chaude, et faire le tour avec la lame d'un couteau fin.

CIMG5681Première cuillerée : c'est trop bon. J'ai commencé par le côté plutôt amande, le Nutella est à peine présent. Et plus on déguste, et plus le Nutella vient adoucir le dessert. C'est tout un dégradé de douceur qui se déroule au fur et à mesure. Ho là là, c'est trop bon, faut que j'en refasse ce week-end  !


Bon, et je sais toujours pas quoi faire avec mes mirabelles, moi...